Laure Merveille

Meta s’ inspire de ses modèles, elle ne les copie pas. Ces visages sont ses muses. À travers ces visages, elle cherche l’essence de leur être, le diamant qu’ils portent en eux à leur insu. Pour le trouver, elle suit ses pures impulsions d’artiste au-delà de tout poncif et de toutes les modes. Elle tisse des fils d’or pour les relier à la terre originelle et les élever vers un au-delà, une voûte céleste, sa voûte bleue. Travail et voyage initiatiques. Enfin, son pinceau nous délivre sur la toile, dans des à-plats de couleurs tranchées et audacieusement inventées, un autre visage de nous-mêmes, brut et étincelant, dont elle est l’unique et magnifique interprète. La promesse d’un émerveillement. »


« Meta se inspira con sus modelos, ella no los copia. Estas caras son sus musas. A través de ellas busca la esencia de su ser, el diamante que llevan en ellos sin su conocimiento. Para encontrarlo, sigue sus impulsos artísticos puros más allá de todos los clichés y todos las modas. Ella teje hilos de oro para conectarlos a la tierra original y elevarlos a un más allá, una bóveda celeste, su bóveda azul. Trabajo y jornada iniciática.

Por último, su pincel nos entrega en el lienzo, en una serie de colores cortados e inventados audazmente, otra cara de nosotros mismos, cruda y brillante, de la que ella es la única y magnífica intérprete. La promesa de maravillarse. »

LAURE MERVEILLE, La Marsa, julio 2019

Textes récents:

Textes par année: